Les Halles au Moyen-age

Origine des Halles de Paris

Avant Philippe Auguste, il y avait aux Champeaux un marché au blé en plein air. Philippe-Auguste y fit transférer en 1181 « la foire St Lazare » qui est à l’origine du quartier des Halles. Cette foire se trouvait entre l’église Saint-Laurent et la Léproserie Saint Lazare (soit notre rue du Faubourg Saint Denis et le Boulevard Magenta). Le roi avait racheté cette foire aux lépreux. En 1182, le marché fut agrandi, suite à la confiscation des maisons aux juifs.

En 1137, Louis VI avait déjà transféré un marché depuis la place de Grève jusqu’à cet endroit.
Il fut d’abord en plein air, puis deux bâtiments y furent construits. Des portes fermaient ces bâtiments la nuit, pour permettre aux marchands d’y déposer leurs marchandises à l’abri. En 1187 le cimetière des Saints Innocents fut clos par un mur afin d’être séparé du marché des Champeaux.
Jacques Broussard, dans son livre « Nouvelle Histoire de Paris » nous dit à propos de ce cimetière situé près de l’église des Saints Innocents et appelé : cimetière des Champeaux

C’était une grande place traversée par les passants où l’on vendait des marchandises. Les Parisiens avaient coutume d’y enterrer leurs morts, mais les corps ne pouvaient être inhumés décemment à cause des pluies et de l’abondance d’une boue fétide. (…) Guillaume le Breton dans sa « Philippide » ajoute qu’il était ouvert aux porcs et plein d’immondices, que les prostituées y exerçaient leur commerce et que le roi le fit entouré d’un mur élevé fait de pierres de taille. Ainsi furent assainis le quartier et le marché. C’est sous Philippe Auguste, à cause de tous ces travaux et notamment de la construction de deux grands pavillons, que le marché commence à s’appeler « les Halles ». Ce marché fut totalement compris dans l’enceinte de Philippe Auguste. »
Vraisemblablement au début du règne de Philippe-Auguste, ce marché attirait surtout les merciers, marchands de blé et de légumes.

En 1222 une foire avait été installée sur le parvis de Notre-Dame. Il s’agissait d’une foire aux lards, graisses et chairs de porc. Elle durait une seule journée. Rappelons l’importance des porcs au Moyen Age, animaux très prisés à cette époque-là.

Philippe-Auguste fit d’abord construire deux bâtiments, puis autour il fit édifier un mur percé de portes, afin de prévenir des vols. Ces limites restèrent les mêmes jusqu’au XVIe siècle. Le premier nom qui fut donné fut Halle aux drapiers et Halle aux Tisserands probablement à cause des marchandises les plus précieuses et importantes vendues.

Ce marché étant excentré par rapport à la Cité, le commerce de l’alimentation ne s’y développa pas immédiatement, seulement la vente en gros du blé et du vin.

On parle également de la foire du Lendit en pleine campagne sur la route de Saint-Denis. Philippe Auguste réglementa son installation en 1215. Pendant la durée de la foire, les marchands devaient cesser de vendre aux Halles. Les denrées invendues à cette foire pouvaient cependant être réexposées aux Halles.

 

Les origines des Halles de Paris remontent à 1135, quand Louis VI le Gros décide de créer un marché sur le lieu dit des Champeaux, situé extra muros à l’endroit d’anciens marécages.

Bientôt intégrées au centre de Paris qui s’étend progressivement au-delà de la ceinture marécageuse, les halles deviennent un grand centre d’échange prospère, et vont connaître au cours des siècles des transformations majeures.

Dés 1183 des halles en bois seront édifiées  par Philippe Auguste puis en 1269 par Saint Louis.

 

Henri III fera construire la place principale, le Carreau qui sera désormais bordée de maisons dotées de galerie marchande, les « piliers des halles » et procédera à un élargissement des voies attenantes

Sous Louis XVI, une nouvelle halle au blé va voir le jour, sans compter le cimetière des innocents  remplacé entre 1785 et 1786 au profit d’un marché aux fleurs, aux fruits et aux légumes.

Cependant ces mesures s’avèrent insuffisantes :à la fin de l’Ancien Régime, les halles souffrent de réels problèmes d’engorgement et d’hygiène.

En 1808 Napoléon Ier qui souhaitait faire des halles le « Louvre du peuple » entreprend de doter Paris d’un réseau unifié de marchés couverts et de construire une vaste halle centrale entre le marché des innocents et la halle aux blés. Mais faute de temps, ce grand dessein ne put voir le jour.

Quartier des Halles en 1849

Historique

Paris s’appelait encore Lutèce, quand eut lieu le premier d’une série de transfert des Halles chaque fois motivés par une évolution démographique et une urbanisation galopantes.

Le premier marché animait le cœur de l’Ile de la Cité, puis il s’implanta de l’autre côté de la Seine, en plein air, sur la terre battue, place de Grève l’actuelle place de l’Hôtel de Ville jusqu’au XIIe siècle.

Vers 1110, Louis VI Le Gros décida un nouveau transfert en rase campagne, en place d’anciens marécages asséchés transformés en champs d’où le nom Campelli ou Champeaux qu’on retrouve dans la rue des Petits Champs et pendant plus de huit siècles les Halles restèrent là, subissant de continuelles transformations pour s’adapter aux besoins sans cesse croissant de la capitale.

1137 Louis VI ordonne le transfert vers le centre de Paris, au lieu dit Les Champeaux.

1181-1183 Philippe Auguste achète des propriétés environnantes, où s’installent des commerces : alimentaires, textiles, chaussures, friperies…..Puis fait construire des Halles pour drapiers et tisserands, le marché continue de s’agrandir de telle sorte qu’en 1269 Saint Louis fait bâtir trois nouvelles Halles ouvertes aux merciers et corroyeurs.

A partir du XVIe  siècle arrive la vente en gros des poissons qui se faisait aux enchères par officiers publics