Les Cordiers à Beaurepaire en Isère

Un peu d’Histoire

Des traces de cordes datant de 28 000 ans ont été trouvées en Europe et à Lascaux des fragments fossilisés de 2 brins de de 7 m de diamètre ont été mis à jour.

Premier  instrument à corde frottée : 5 000 ans avant J.C.

La culture du Chanvre

La croissance de la plante nécessitant une fumure, les chenevières sont toujours proches des habitations.

Cette proximité permet également de protéger les graines des oiseaux pendant leur germination.

La récolte se fait en fin d’été, d’abord par les pieds mâles plus précoces et fournissant des fibres plus fines puis par les pieds femelles. Les plants étaient arrachés à la main.

Le rouissage avait pour but de séparer les parties filamenteuses des plantes textiles par exposition sur pré puis dans l’eau.

Du fil à la Corde

Le filage va permettre d’obtenir un fil en donnant une torsion aux fibres.

Le cordier travaille à reculons. Le début de la mèche est attaché à un crochet qui va tourner sur lui-même. Tout en reculant il alimente le fil avec de la fibre qu’il porte à la taille en s’assurant de sa régularité et qu’il ne se plie pas.

Plusieurs fils vont être réunis pour former la corde, c’est le « commettage ». Ils sont choisi, torsion à gauche ou torsion à droite de manière que leur combinaison donne à la corde une structure stable. Pour les cordes utilisées en milieu difficile, eau de mer, froid, chaleur, les cordes étaient « gaudronnées » par immersion dans un goudron pour les rendre imputrescibles et imperméables. La corde subissait en suite plusieurs opérations de finition : ligature des extrémités, ébarbage, lissage.

Autres utilisations du chanvre

Pêche à la corde

Tissage : voiles, draps, chemises, filets

Produits d’isolation pour le bâtiment

Culture écologique

Psychotrope (1 variété)

Cordier à vapeur

La préparation de la fibre en vue du filage

Cette préparation a pour but d’éliminer tout ce qui n’est pas de la fibre (le cœur de la tige) puis de séparer les fibres longues des fibres courtes et de l’étoupe et enfin de paralléliser les fibres pour les rendre aptes au filage par des opérations successives.

Le broyage qui cassait et décollait la tige de la fibre en passant les fibres entre 2 lames en bois.

Le teillage éliminait a plus grande partie des débris de tige avec une serpe puis à la main.

L’espadage débarrassait le chanvre des dernières parcelles de chènevotte ainsi que des corps étrangers en battant les fibres avec une planche « espade ».

Le peignage va permettre d’obtenir des écheveaux de fibre apte au filage et de les séparer des fibres courtes et de l’étoupe qui seront recyclés à l’aide de peigne de différentes longueurs.

les peigneurs