Le Zèbre, la voiture de notre grand-mère

Hélène Dévé

Hélène Dévé et son époux © Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés

Hélène Dévé

Appelée Mamou par ses petits-enfants

Elle se marie en 1907, son mari décède à 35 ans en 1912.

Mécanicien, à bord du Croiseur Descartes de la Marine nationale en partance pour Terre Neuve, il est blessé par l’explosion d’une chaudière. Les chaudières du Descartes étaient connues pour leur manque de fiabilité. Il est enterré à Cuba.

 

Veuve avec peu de ressources, elle décide de travailler pour élever ses deux enfants . Elle choisit de devenir représentant médical (bandages et pansements). Il lui faut une voiture et un permis de conduire.

Elle est parmi les premières femmes en Gironde à l’obtenir, le préfet la félicite pour son courage.

 

© Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés

Sauf conduit

Mamou obtient un sauf conduit pour continuer l’approvisionnement des pharmacies dans la Gironde, les Landes, le Tarn et Garonne …

C’est la voiture Le Zèbre qui est choisie.

Hélène Dévé © Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés

Le confort du Zèbre est sommaire

Mamou au volant de son Zèbre sillonne les routes. Quelque soit le temps, il faut partir. En été, elle supporte la chaleur et la poussière. En hiver, c’est le vent, la pluie et le froid qu’il faut affronter. Les routes sont mauvaises, mal entretenues. Les crevaisons fréquentes, il faut réparer au bord du chemin, regonfler les chambres à air et repartir.

Elle est attendue…

Ses clients, les pharmaciens l’invitent souvent le soir à diner, elle fait le récit de ce qui se passe à Bordeaux, donne des informations sur les évènements, des nouvelles des confrères, elle anime la soirée.

Elle nous racontait qu’elle avait toujours une robe élégante dans sa malle.

A la fin de ses jours, malgré les difficultés, elle gardait un bon souvenir de cette période de sa vie. La réussite de ses enfants : son fils général de l’armée de terre et sa fille docteur en pharmacie, était sa fierté.

 Histoire

La marque Le Zèbre invente l’auto populaire.

La société est fondée par Jules Salomon, jeune ingénieur, et par son ami Jules Bizet, fils du compositeur Georges Bizet.

Le Zèbre est une firme installée à Suresnes puis à Puteaux pour fabriquer, en 1909, une petite voiture monocylindre de 5 cv de type A. C’est un véritable succès, particulièrement économique : elle se révèle être une véritable voiture populaire en raison de son prix 3000 F soit 1000 F de moins que la moins chère du marché. Le bas de gamme fait une entrée fracassante sur le marché : « le luxe à la portée du plébéien !».

Le plus grand journaliste automobile de l’époque, Baudry de Saunier, ne tarit pas d’éloges pour cette voiture.

En 1909, plus d’une centaine d’exemplaires seront construits : c’est une véritable réussite.

© Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés

La guerre de 1914/1918

Les voitures Le Zèbre sont légères et maniables. Elles sont très vite utilisées comme engins de liaisons par l’armée.

Dès 1915, le Ministère de la Guerre en commande 40 par mois et la firme n’est pas réquisitionnée.

© Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés
© Yvonne Souterbicq – Tous droits réservés