Ils ont vécu Sedan, de l’Empire à la IIIème République

SEDAN : La capitulation

 

 1er Septembre 1870

 

 

Le 30 août Mac-Mahon a gagné Sedan, où il s’est laissé encercler par les troupes prussiennes.

Malgré les charges des chasseurs d’Afrique, que commandent les généraux Margueritte et Galliffet, l’étau se resserre.

 Un violent tir d’artillerie repousse les charges françaises. Cinq cents canons pilonnent Sedan.

 Mac-Mahon est blessé, Margueritte est tué.

 Pour mettre fin au massacre, l’empereur Napoléon III donne l’ordre de hisser le drapeau blanc de la reddition.

 Il est 17 heures ce jour de septembre l’Empereur capitule et est fait prisonnier.

CAPTURE DE L’EMPEREUR : et après… ?

 

Après la capture de l’empereur, les Français, sans cesser de se battre, avaient instauré une IIIe République et Léon Gambetta avait échappé en ballon au siège de la capitale pour lever en province de nouvelles armées.

Ces armées de volontaires, mal équipées et inexpérimentées, avaient du moins l’avantage du nombre, aussi longtemps que le gros des troupes ennemies était fixé autour de Metz et de Paris

L’armée de Bazaine était le dernier espoir de la France bien qu’elle fût assiégée à Metz par les Prussiens et leurs alliés allemands, lesquels assiégeaient aussi Paris

l'Empereur Napoléon III

CRÉATION de la IIIème RÉPUBLIQUE

 

Après la capture de l’empereur, les Français, sans cesser de se battre, avaient instauré une IIIe République et Léon Gambetta avait échappé en ballon au siège de la capitale pour lever en province de nouvelles armées

Mais à Metz, le maréchal Bazaine refuse de se rallier au Gouvernement de la Défense nationale, par haine de la République.

Bazaine considère l’avènement de la République comme un danger plus grand encore que la victoire ennemie et le démembrement prévisible du pays

 

Après la tentative de rentrer en contact avec l’Impératrice Eugénie, dans l’espoir peut-être de rétablir l’Empire, le Général Bazaine renonce en définitive à poursuivre le combat avec l’espoir d’obtenir de Bismarck le droit de se retirer au centre du pays et, une fois la paix revenue, «défendre l’ordre social contre les mauvaises passions».

LA CAPITULATION DE METZ

 

 

La capitulation de Metz livre aux Allemands 3 maréchaux, 6.000 officiers et 173.000 hommes dont 20000 malades ou blessés, 600 canons de campagne et 800 pièces de place sont livrés aux allemands, 31 drapeaux français sont brulés pour ne pas tomber aux mains de l’ennemi.

 Chez les républicains, la reddition de Bazaine suscite la stupeur.

  Elle réduit à néant la tentative de Léon Gambetta de résister à l’invasion.

Ce dernier, qui tente d’organiser de nouvelles armées à partir de Tours, lance une proclamation où il accuse explicitement le maréchal Bazaine de trahison !

LE GÉNÉRAL BAZAINE

 

Accusé de trahison Bazaine, qui fut autrefois populaire en raison de ses états de service au Mexique, passe trois ans plus tard en Conseil de guerre.

Condamné à mort, il est gracié par le maréchal-président Mac-Mahon (celui qui a été battu à Sedan).

Bénéficiant d’obscures complicités, il trouvera en définitive le moyen de s’enfuir à l’étranger.

 Il mourra à Madrid en 1888 des suites d’un attentat commis par un individu venu de France

BAZAINE
MAC MAHON

PARIS CAPITULE, 28 janvier 1871

 

         LA FRANCE A PERDU LA GUERRE

 

Le 10 mai 1871 signature du TRAITÉ  de FRANCFORT

 

Le gouvernement provisoire de la France accepte de payer une indemnité de 5 milliards de franc-or.

Elle accepte la présence d’une armée d’occupation jusqu’au paiement de cette somme.

Elle accepte surtout la cession de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine

 

Le 16 septembre1873 le territoire français est totalement évacué par les allemands.

 

Cette victoire renforcera le chancelier Otto von Bismarck et lui permettra d’unifier les États allemands autour de la Prusse

Sources : wikipédia , Herodote.net,Napoleontrois.fr