Dunkerque mai-juin 1940 , du côté français

Extrait du journal de mon grand-père

Mon grand-père Louis Racapet, né en 1906, mobilisé le 3 septembre 1939 à Pontivy, dans le Morbihan

fait prisonnier à Dunkerque le 4 juin 1940

emprisonné en Allemagne de 1940 à 1141.

© Myriam Montois – Tous droits réservés

1939 

Envoyé en Lorraine, près de la ligne Maginot, Irson, Charleroi. Nommé brigadier en novembre 1939, dans le régiment 404 DCA, chargé du télémètre.

En mai 1940 partent pour Charleroi, puis Liège.. Valenciennes est bombardé

le 10 mai ordre d’évacuer, repli vers Mons puis Lille, destination Dunkerque.

Dunkerque une nasse

en rouge :axe les offensives allemandes

en vert:  mouvement et repli des troupes alliées + camp retranché de Dunkerque

en bleu clair:  position des alliés le 25 mai 1940

en bleu foncé :position des alliés le 27 mai 1940

25 mai : capitulation de la Belgique, les allemands sont à 4h de Dunkerque. remontent sur Bray-Dunes, puis sur Gyvelde à environ 5km.

26 mai : « on met en batterie.. sans  arrêt nous tirons  car plus nombreux que jamais les escadrilles de Heinkel,  bombardier allemand,  passent et repassent. Le bombardement de Dunkerque se poursuit sans arrêt.»

« Vers 6 h après  un mitraillage en règle nous retraversons  Dunkerque et filons vers Bray et Dunes. Les Anglais s’embarquent. Quelle débandade, et aussi quel carnage… les Anglais embarquent toujours en hâte; beaucoup se noient, car il faut embarquer à la nage ;  plusieurs bateaux sont coupés en 2 par les avions. C’est terrible et atroce. Ah  l’horrible guerre ! »

« il est question d’embarquer pour l’Angleterre le 31 mai»

«les Allemands sont aux portes de Dunkerque et toute l’armée du Nord est encerclée c’est terrible. Un fait également à signaler, vers le soir du 31, une vingtaine de gros avions français des Potez 63-11 –  chasseur bimoteur –  et des Liore 45 – bombardiers bimoteurs – sont passés, filant vers l’est.

Le même jour également vers 5 h des Bristol-Blenheim -bombardiers britanniques – étaient passés volant vers l’Allemagne. Je signale ce fait car ce sont à peu près les seuls que nous avons vus.»

«Repartons sur Malo les bains ou nous stationnons et mettons en batterie les 1 er et 2 juin, on doit embarquer le 3 dans la nuit

Dunkerque le 3 juin 1940

«le 3 juin il est question d’embarquer à Dunkerque ;le fort de Dune saute ; nous faisons sauter les pièces du télémètre avant de partir et sabotons les voitures. Tout a été prévu, même d’embarquer à la nage ; on s’est procuré des pneus d’auto pour nous soutenir, nous sabotons les voitures. On met près de 6 heures pour atteindre Dunkerque depuis Malo les Bains.»

Les derniers bateaux sautent vers 7 H les avions allemands les survolent sans tirer… Leur capitaine et lieutenant leur annoncent qu’ils seront bientôt prisonniers. La décision de se rendre est prise. Ils hissent le drapeau blanc.. vers 8 H les allemands arrivent.

© Myriam Montois – Tous droits réservés
© Myriam Montois – Tous droits réservés

Les derniers bateaux sautent vers 7 H les avions allemands les survolent sans tirer.

Leur capitaine et lieutenant leur annonce qu’ils seront bientôt prisonniers. La décision de se rendre est prise. Il hisse le drapeau blanc vers 8H les Allemands arrivent.

© Myriam Montois – Tous droits réservés

4 juin : montent les tentes, le lendemain un camion cinéma tourne autour du camp : propagande ?

6 juin : partent en direction de la Belgique : Bergues, Hazebrouck, Lille, Tournai, Renais, Lockeren, Morbeck.

Prennent le train, puis embarque sur un bateau pour remonter le Rhin.

Arrive à Hemmerich, première ville allemande puis au camp de prisonniers Alexisdorf,  à 50 km d’Hambourg à Rükingen.